La faucheuse/Scythe de Neal Shusterman

Les commandements du Faucheur:

Tu tueras.

Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation.

Tu accorderas une année d’immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue.

Tu tueras la famille de ceux qui t’ont résisté.

L’histoire prend place dans une société utopique, où la race humaine est technologiquement si avancée qu’elle a réussi à éliminer tous les aspects négatifs de la vie. La douleur et la souffrance n’existe plus. La faim et la pauvreté non plus. Même la mort a été vaincu. Tous les êtres humains sont désormais immortels. Par contre, bien que ce monde semble parfait, la croissance de la population demeure un aspect sur laquelle ils n’ont aucun contrôle. C’est pourquoi ils ont dû créer un groupe de personnes, nommé « faucheurs », qui ont pour tâche de « glâner » (autrement dit tuer) des gens pour garder la population sous contrôle. On rencontre, Citra et Rowan, deux adolescents ordinaires qui s’affronterons pour devenir apprenti faucheur, malgré eux.

Pour moi, « La faucheuse » c’est un de ces livres qui s’imprègne en toi et qui ne te quitte pas même lorsque tu termine de le lire. Ça été un véritable coup de coeur ! Pour commencé, j’ai trouvé les personnages principaux attachants et très bien construits. J’avais l’impression de vivre l’histoire avec eux comme si j’étais à leur côté. Pour continuer, l’univers dans lequel l’histoire évoluait était absolument magnifique que j’en suis tombé amoureuse. En effet, c’est un monde complexe, futuriste, extrêmement bien détaillé et tellement bien pensé ! J’ai aussi beaucoup apprécier, lors des débuts de chapitre, l’insertion d’extraits de journal d’un faucheur, qui m’ont amené à faire de belles réflexions sur notre société actuelle. De plus, j’ai aimé l’intrigue qui m’a surpris plus d’une fois et où l’aventure y était omniprésente.

En conclusion, c’est une histoire habilement construite que j’ai adoré. La fin faisait monter la pression page après page. J’avais de la difficulté à tourner les pages assez rapidement pour suivre aussi vite que j’aurais voulu. C’est une lecture que je vous recommande fortement. Peu importe vos goût habituel, lisez-le ! Il vaut vraiment la peine.

Sandrine the bookworm

Purgatoire des innocents de Karine Giebel

Je m’appelle Raphaël, j’ai passé quatorze ans de ma vie derrière les barreaux. Avec mon frère, William, et deux autres complices, nous venons de dérober trente millions d’euros de bijoux. Ç’aurait dû être le coup du siècle, ce fut un bain de sang. Deux morts et un blessé grave. Le blessé, c’est mon frère. Alors, je dois chercher une planque sûre ou Will pourra reprendre des forces. Je m’appelle Sandra. Je suis morte, il y a longtemps, dans une chambre sordide. Ou plutôt, quelque chose est né ce jour-là… Je croyais avoir trouvé le refuge idéal. Je viens de mettre les pieds en enfer. Quelque chose qui marche et qui parle à ma place. Et son sourire est le plus abominable qui soit…

bm_CVT_Purgatoire-des-innocents_7133

Au début du mois d’avril, j’ai entamé  »Purgatoire des innocents » de Karine Giebel, un auteur français. C’était le premier roman que je lisais de cet auteur. Dès les premières pages de ce thriller, je n’ai pas pu détacher mes yeux de ce livre grâce à l’ambiance que l’auteur y a installé. De plus, son écriture était absolument magnifique. Dans cette histoire, on aborde sans détour et sans tabou plusieurs sujets délicats, tels que la torture et la pédophilie. On trace, dans un sens, un portrait de ce dont certaines personnes sont capable de faire, ce qui m’a profondément choqué et bouleversé. Pour continuer, le suspense nous tient en haleine du début jusqu’à la fin du récit. Les revirements de situations m’ont pris aux tripes plus d’une fois. Après ce roman, j’ai l’intention de lire tous les livres de Karine Giebel, car ce roman a été un véritable coup de Coeur pour moi. Finalement, je vous recommande fortement cette lecture si vous êtes adeptes des émotions fortes.

 

Sandrine the bookworm